Est-il avantageux de souscrire à une assurance vie en 2024 ?

L’assurance vie est une formidable mécanique d’investissement. Elle suscite l’intérêt des épargnants, notamment pour sa capacité à générer des revenus ainsi que ses avantages fiscaux. Mais est-ce toujours judicieux de souscrire à une assurance vie en 2024 ? Entre les fluctuations des taux d’intérêt, les incertitudes économiques et les changements législatifs, la pertinence de ce choix mérite d’être évaluée avec attention. Cet article va vous aider à y voir plus clair.

Les caractéristiques de l’assurance vie en 2024

L’assurance vie a connu de nombreuses modifications au cours des dernières années. Il est donc essentiel de faire un point sur les caractéristiques actuelles de ce produit financier.

Cela peut vous intéresser : Quelles sont les variables qui affectent les tarifs des courtiers immobiliers ?

L’assurance vie se définit comme un contrat par lequel l’assureur s’engage, en contrepartie de versements (ou primes), à verser un capital ou une rente à une personne déterminée, en cas de décès de l’assuré, ou à l’assuré lui-même si celui-ci est en vie à la fin du contrat. Le choix de la formule dépend essentiellement des objectifs de l’épargnant : constitution d’un capital, préparation de la retraite, transmission du patrimoine…

Les contrats d’assurance vie peuvent être mono-support, c’est-à-dire investis uniquement en euros, ou multisupports, avec une diversification possible sur des unités de compte (actions, obligations, immobilier…). Le niveau de rendement et le risque associé varient en fonction du type de contrat choisi.

A lire également : Comment la situation professionnelle (CDI, CDD, intérim) impacte-t-elle l’éligibilité au crédit ?

La fiscalité de l’assurance vie en 2024

La fiscalité de l’assurance vie a toujours constitué l’un de ses principaux atouts. Mais qu’en est-il en 2024 ?

Les contrats d’assurance vie bénéficient d’une fiscalité avantageuse, notamment en matière de transmission du capital. Les sommes versées sont ainsi hors de portée du fisc jusqu’à 152 500 euros par bénéficiaire (après un abattement de 20% au-delà de ce montant).

En matière de retraits, les plus-values générées par le contrat sont également soumises à une fiscalité spécifique. Celle-ci dépend de l’ancienneté du contrat (taux dégressif après 8 ans) et des options de gestion choisies (intégration au barème de l’impôt sur le revenu ou prélèvement forfaitaire libératoire).

Les performances de l’assurance vie en 2024

L’autre critère majeur pour juger de l’intérêt d’une assurance vie est sa performance. Quels sont les rendements attendus en 2024 ?

Eh bien, sachez que les rendements des contrats en euros sont en baisse continue depuis plusieurs années. Cependant, ils restent supérieurs à ceux des livrets d’épargne réglementée. De plus, ils offrent une garantie en capital, ce qui n’est pas le cas des unités de compte.

Pour les contrats multisupports, les rendements dépendent des performances des actifs sous-jacents. Ils peuvent donc être plus ou moins élevés, en fonction des fluctuations des marchés financiers et immobiliers.

Quel choix d’assurance vie en 2024 ?

Si l’assurance vie reste un placement intéressant en 2024, le choix du contrat et des supports d’investissement est décisif.

Privilégiez les contrats proposant une large gamme de supports, afin de diversifier votre investissement. Cela permet de répartir les risques et d’optimiser les performances de votre contrat.

Quant au choix entre un contrat en euros ou un contrat multisupports, il dépend de votre profil d’investisseur. Si vous recherchez la sécurité, optez pour un contrat en euros. Si vous êtes prêt à prendre des risques pour tenter de doper votre rendement, préférez un contrat multisupports.

Conclusion

En définitive, malgré un contexte économique et législatif évolutif, l’assurance vie conserve de nombreux atouts en 2024. Souple, performant, doté d’une fiscalité attractive, ce placement saura s’adapter à vos objectifs patrimoniaux, à condition de faire les bons choix. Et pourquoi ne pas faire appel à un professionnel pour vous guider dans cette démarche ? Après tout, la gestion de votre argent mérite bien cela.

Les avantages de la gestion pilotée en 2024

Diversifier ses placements et optimiser ses performances n’est pas une tâche facile pour tous les épargnants. C’est là qu’intervient la gestion pilotée, une solution qui a le vent en poupe en 2024.

On parle de gestion pilotée lorsque l’épargnant confie la gestion de son contrat d’assurance vie à des professionnels. Ceux-ci vont alors sélectionner les meilleurs supports d’investissement en fonction du profil de risque de l’épargnant et des conditions du marché.

La gestion pilotée est particulièrement adaptée aux contrats multisupports. En effet, ces contrats permettent d’investir à la fois en euros et en unités de compte (actions, obligations, immobilier…), offrant ainsi une grande diversité de placements.

Avec la gestion pilotée, l’épargnant n’a plus à se soucier de la gestion de son contrat : il délègue cette tâche à des experts, qui optimisent son investissement en fonction de l’évolution des marchés financiers.

La gestion pilotée peut donc permettre d’améliorer les performances de son assurance vie en 2024. Cependant, elle implique de faire confiance à des professionnels pour gérer son argent, ce qui peut ne pas convenir à tous les épargnants.

Le fonctionnement des prélèvements sociaux sur l’assurance vie en 2024

L’assurance vie est soumise à des prélèvements sociaux, dont le fonctionnement mérite d’être connu pour bien comprendre la fiscalité de ce placement.

Les prélèvements sociaux sont prélevés lors de chaque retrait sur le contrat d’assurance vie. Ils s’appliquent sur les gains réalisés depuis le dernier retrait ou la dernière clôture de contrat.

En 2024, le taux global de ces prélèvements sociaux est de 17,2%. Ils sont composés de la CSG (Contribution sociale généralisée) à 9,2%, de la CRDS (Contribution pour le Remboursement de la Dette Sociale) à 0,5%, du prélèvement de solidarité à 7,5% et de diverses autres contributions.

Il est à noter que les prélèvements sociaux sont dus quel que soit l’âge du contrat d’assurance vie et indépendamment du régime fiscal choisi pour les gains (intégration au barème de l’impôt sur le revenu ou prélèvement forfaitaire libératoire).

Conclusion

En somme, l’assurance vie reste un placement attractif en 2024. Elle offre une souplesse de gestion, une diversité de supports d’investissement et une fiscalité avantageuse. Cependant, le choix du contrat, la gestion de l’investissement et la compréhension du fonctionnement des prélèvements sociaux sont autant d’éléments à prendre en considération pour optimiser les performances de son assurance vie. N’hésitez pas à faire appel à un professionnel pour vous accompagner dans cette démarche. Même dans un contexte économique et législatif changeant, l’assurance vie demeure un pilier de la gestion de patrimoine.

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut